les évènements

« TOUTE PENSEE POLITIQUE S’ENRICHIT AU CONTACT D’UNE PENSEE POETIQUE » Jack Ralite

AUX ACTES CITOYENS !

Avignon, Théâtre « Au Vieux Balancier »



Samedi 9 Novembre
17h: Louise Michel
19h: Victor Hugo
21h: Diogène le cynique

Dimanche 10 Novembre
16h: Diogène le cynique
18h: Louise Michel
20h: Victor Hugo

Lundi 11 Novembre
15h: Victor Hugo
17h: Diogène le cynique
19h: Louise Michel

Réservations au : 06.15.66.47.19
1 spectacle : 15€
2 spectacles : 25€
3 spectacles 30€

 

LOUISE MICHEL LA LOUVE

De : Alain Duprat

Par : Clémentine Stépanoff

Mise en scène : Emmanuel Desgrées du Loû

Pure, sauvage, indomptable, Louise Michel réveille notre soif de justice et de liberté.

 

18 janvier 1886, Louise Michel sort de prison et organise aussitôt un meeting pour continuer la lutte.

Plongez avec Louise l’insoumise au cœur des combats d’un siècle qui n’est pas si loin du nôtre, partagez ses passions et ses convictions dans une épopée qui vous entraînera de la Commune à la Nouvelle-Calédonie.

Un voyage à la découverte de la sainte laïque, comme l’appelait Vallès, militante idéaliste et poète, femme de courage, d’amour et de révoltes.

production : Coproduction Cie Gexis, la Cie Corps et Âmes et Cie Acte VII – L’Universelle Comédie


DIOGENE ou le sanglot hilare de la mouette

De et par Philippe Lejour

Dans le contexte sociétal actuel difficile, où les hommes ont perdu le sens de certaines valeurs qui les réunissaient autour d’un idéal commun, on a vu émerger de multiples mouvements de révolte contre les gouvernances des pays, principalement celui des « des gilets jaunes », sans oublier les marches pour le climat et la défense de la Nature.

 

Ce spectacle, politiquement pas correct du tout, est dangereusement jubilatoire car abordé avec l’humour qui sied à ce personnage haut en couleurs, dont les facéties ont traversé les siècles, et dont les préceptes  résonnent de manière stupéfiante de nos jours.

Diogène, critique de notre fonctionnement social basé sur la compromission et l’hypocrisie, chantre du retour à la Nature  en appelle à la Raison et à la Vérité.

Production : LA PARLOTE


VICTOR HUGO un géant dans un siècle

De : Pierre Jouvencel

Par : Pierre Jouvencel / Pamela Souriau

Mise en scène : Pierre Jouvencel

Hugo par Hugo .

A la fin de sa vie Hugo se raconte. Et sa vie est riche, amoureuse, politique, poétique. Hugo, le géant, l’exilé, le banni, Hugo adulé, reconnu, Hugo, l’homme du siècle.

 

Né en 1802, il mourra en 1885, embrassant à lui seul ce 19ème siècle à la fois corseté moralement et génial au plan culturel.

Hugo sera tour à tour chef de file des Romantiques et Académicien respecté, mais aussi hai et sifflé sur les bancs de l’Assemblée. Exilé pendant 19 ans, il reviendra couvert d’honneurs.

 

C’est cette histoire dans l ‘Histoire que je vous raconte en musique, en l’illustrant par les poèmes et les textes d’un des plus grands poètes que la France ait connu.

Production : Compagnie Elégie

affiche visuel site aux actes citoyens

ECOLE D’ETE DE DANSE BUTO

Avignon, Théâtre « Au Vieux Balancier »

Le stage d’été de Danse Butô accompagné par Françoise Jasmin s’est déroulé du lundi 31 juillet au vendredi 4 août 2017 au Théâtre « Au Vieux Balancier » à Avignon après la période de représentations du 16 au 30 juillet de la Compagnie avec son spectacle « AU COEUR DE CHARLOT ».


stage dance

DIOGENE REVIENT PARMI LES CHIENS


Enfin, il nous revient…
Bavant, reniflant, mordant, il nous revient…

Après 2 années de chemin de traverse, Diogène le chien pose de nouveau sa vie de sac et de corde à Avignon.

A son approche, on entend les sanglots hilares des mouettes qui se réjouissent.

par Philippe Lejour (mise en scène et jeu)
la-parlote-avignon-13

CHANTONS BRASSENS


Rejoignez nous pour une soirée festive autour des chansons de Brassens.

De Brassens
Par Philippe Lejour et Joël Le Bacq
Production : Compagnie La Parlote

brassens

ANTIGONE, version théâtre-forum



LE BONHEUR


Le bonheur est un thème central dans l’œuvre de Jean Anouilh. « II y a deux races d’êtres, une race nombreuse, féconde, heureuse, une grosse pâte à pétrir qui mange son saucisson, fait ses enfants, pousse ses outils, compte ses sous bon an mal an, malgré les épidémies, les guerres, jusqu’à la limite d’âge ; des gens pour vivre, des gens pour tous les jours. (…) Et puis il y a les autres, les nobles, les héros. » Antigone fait partie de cette race de héros purs et intransigeants, assoiffés d’un bonheur qui ne souffre pas les compromissions et la médiocrité de la vie quotidienne.
Antigone meurt, pour fuir le pauvre bonheur des hommes, et pour échapper à la banalité de la condition humaine.

LA CONCEPTION DU POUVOIR

Le personnage de Créon, roi de Thèbes, incarne le pouvoir et permet à Anouilh de présenter les principaux aspects de la pratique politique.
La politique apparaît comme un métier odieux. Gouverner, c’est se plier à la raison d’État, en oubliant que l’on règne sur des hommes, en oubliant que l’on est soi-même un homme.
La politique est une « histoire sordide », aucun pouvoir n’est pur. Créon le sait et il a le courage de le proclamer. Anouilh, quant à lui, n’envisage aucune issue.

De Anouilh
Par Philippe Lejour et Elsa
Joker : Julie Mincq
Production : Compagnie La Parlote
antigone

NI DIEU NI MAITRE NI FEMME NI AMIS NI EUX NI MOI NI RIEN … ET BASTA!


« Je suis un vieux corbeau de la plaine où je vais m’englânant des trucs dégueulasses, de vieilles graines d’homme qu’on a trop employées. J’émigrerai quelque jour vers vos pays cachés. Et ne reviendrai plus. Regardez-moi ! Passants de rien, poules de luxe, fleurs incroyables ! Regardez-moi ! Je suis un migratoire, un migratoire.
Moi, je me perfore loin des imbéciles et du propos courant. On me hait. Je m’en fous ! Je suis un autre mec. Voilà ! Sur ma fenêtre, je pourrais mettre un vieux chiffon rouge, histoire de bien signifier mes origines.
Soixante-huit ! Soixante-huit ! Soixante-huit ! Soixante-huit !
Ni dieu, ni maître, ni femme, ni amis, ni rien, ni moi, ni eux… et Basta !
Dépoitraillez-vous, Hommes, s’il en reste ! Changez de basse-cour ! Ni dieu, ni maître ! Pas vrai, mec ? »

De Léo Ferré
Par Philippe Lejour et Joël Le Bacq
Production : Compagnie La Parlote

ni dieu ni maitre

THEATRE-FORUM


« Etre citoyen, ce n’est pas vivre en société, c’est la changer ! »Augusto Boal

Au cours d’une présentation de théâtre-forum ,  une saynète mettant en scène un conflit, une situation d’oppression est présenté au public. Grâce au joker qui fait lien entre la scène et la salle, entre les comédiens et le public,  il est demandé au spectateur de monter sur scène afin d’interagir sur la scène. Le spectateur passif devient ainsi spect’acteur actif.

«Quand nous regardons au-delà des apparences, nous voyons des oppresseurs et des opprimés, dans toutes les sociétés, les ethnies, les sexes, les classes et les castes ; nous voyons un monde injuste et cruel. Un autre monde est possible. Mais il nous appartient de le construire de nos mains en entrant en scène, sur les planches et dans notre vie. »

Venez assister au spectacle qui va commencer ! Avec vos amis, jouez vos propres pièces et voyez ce que vous n’avez jamais pu voir : ce qui saute aux yeux. Le théâtre n’est pas seulement un événement, c’est un mode de vie !

Par la Compagnie Maâloum

theatre-forum-festival-off-01

PETIT BOULOT POUR VIEUX CLOWN


Nicollo, Filippo et Pepino ont formé un succès pendant des années, un inséparable trio de clowns.

Cette pièce à l’humour absurde, pathétique de Mateï Visniec est la dernière qu’il a écrite en roumain.

La fable est simple et belle.

Le texte va droit au cœur, émouvant, intelligent, souvent drôle et toujours profondément humain.

La pièce aborde le thème de l’artiste vieillissant, de l’art en danger face aux lois du marché et de la compétitivité.

Entre rires et larmes, entre réalisme et absurde, la tragédie se dissout dans le grotesque.

Mateï Visniec force le trait jusqu’à la cruauté.

« ce côté cruel de la vie… la vie qui nous transforme parfois en clowns cruels, en clowns débiles, obligés à parader et à jouer la grande comédie sociale, jusqu’à faire le jeu de la machine conçue pour nous humilier et nous tuer »

Le clown dévoile, en toute innocence, la tragique impudeur de l’existence humaine; sa drôlerie vient de là. Le rire est inévitable.

Le clown joue et se joue de tout. Dans son jeu, il est humain, profondément humain.



Par la Compagnie la Parlote

denain photo pt boulot festival v.ascq 2